L’entretien d'embauche

L'entretien d'embauche

1-  Mise en situation :

C’est une situation de communication orale, interpersonnelle et professionnelle dans laquelle un recruteur potentiel et un candidat  échangent à propos de la correspondance entre le descriptif d’un poste à pourvoir et le profil du postulant. C’est la dernière  étape décisive sur la voie du recrutement.

2- Objectifs:

A ce niveau il faut considérer ceux du candidat et ne pas oublier ceux du recruteur. Autrement dit le candidat doit tout le temps se souvenir de son objectif et prendre en considération les attentes et les besoins de l’entreprise pour qu’il puisse présenter une meilleur offre.

A- Objectifs du candidat:

Tout d’abord conforter la bonne impression du dossier de candidature. Créer une première bonne impression à travers le visuel et le tactile.Briller en se démarquant des autres candidats qui sollicitent le poste.

B- Objectifs du recruteur :

Tout d’abord réduire son degré d’incertitude face à la décision qu’il va prendre. A ne pas oublier qu’en recrutant on investit  et il ne faut surtout pas commettre d’erreur qu’il regrettera énormément par la suite. Mettre à l’aise le candidat pour qu’il puisse exprimer tout son potentiel en rapport avec l’offre d’emploi.

3- Types:

A- L’entretien en face-à-face

Le premier entretien sert à faire connaissance et élimine des candidats. Le second sert à confirmer l’intérêt de la candidature et décider de l’embauche. Vous pouvez rencontrez différents responsable à l’occasion d’entretiens successifs. Il est indispensable pour vous d’identifier la fonction de chaque interlocuteur et le but qu’il poursuit (par exemple : le responsable du personnel puis le chef de service).

B- L’entretien face à un jury

Vous êtes seul face à trois ou quatre personnes. Les différentes personnes échangent leurs appréciations sur vous en fin d’entretien. Dans ce type d’entretien, répondez au fur et à mesure à chaque personne qui vous pose une question.

C- L’entretien collectif

Le recruteur peut rassembler plusieurs candidats à un même poste. Ils ont un sujet à débattre. Il va tenter de découvrir la personnalité de chacun. Ce type d’entretien est toujours suivi, pour ceux qui ont réussi cette étape, d’un entretien en tête-à-tête ou face-à-face à un jury, voire des tests

D- L’entretien téléphonique :

C'est la pire de la chose possible, car vous ne contrôlez rien de ce qui peut arriver. Essayer à tout prix de négocier une rencontre. Si vous n'y arrivez pas, respectez les conseils suivants : Souriez toujours (au téléphone cela s'entend !)Arrangez-vous pour savoir si le recruteur a votre CV ou votre lettre sous les yeux. Ne haussez jamais la voix, cela serait vite ressenti comme une agression.

E- L’entretien en chaîne :

 Vous rencontrez individuellement plusieurs responsables de l'entreprise. Le but de ce type d'entretien est de tester votre résistance et votre faculté d'adaptation et d'obtenir plusieurs points de vue. La plupart du temps, sans que les personnes ne vous soient présentées, vous avez une succession d'entretiens avec chacune d'elles.

4-  Conditions pour le réussir :

De façon générale pour réussir son entrevue de sélection il faut le bien préparer .cette préparation recouvre trois aspects essentielles.

A- Connaître l’entreprise :

Il importe bien sûr de savoir à quel type d'entreprise on adresse sa candidature. C'est assez simple lorsqu'il s'agit d'une grande firme dont les produits et services sont connus, mais pas toujours évident dans le cas de sociétés spécialisées ou de P.M.E. Prendre vos renseignements vous évitera de vous retrouver bouche bée si votre interlocuteur vous demande pourquoi vous avez choisi son entreprise en particulier. Pour cela on pourra utiliser tous les moyens possibles pour collecter des donner à exploiter dans la préparation (internet, presse, descente sur terrain, chambre de commerce…). Les informations intéressante peuvent être le nom, le secteur d’activité, la taille, les concurrents, les partenaires, les clients, les produits l’organigramme ; l’historiques les problèmes, les projets d’avenir...)

B-  Se connaitre :

 Le candidat doit avoir une connaissance expérientielle sur soi . Ainsi il doit être en mesure de répondre par anticipation aux trois questions suivantes : qui suis-je ?quel savoir j’ai dégagé de mon parcours de formation et enfin qu’est ce que je maîtrise autrement dit ce que je sais faire. Cette étape est ce qu’on peut résumer par le bilan personnel et le bilan professionnel. Après ce travail, le candidat aura une conscience de soi et une bonne connaissance de ses atouts et de ses limites .Il doit être à même de mettre en évidence les premiers et de savoir comment expliquer et compenser les seconds.

C-  Connaître la particularité de cette situation de communication :

Ce que c’est qu’un entretien d’embauche, Ce qu’on peut dire Ce qu’on ne doit pas faire ? Comment répondre aux différents types de questions, comment gérer les questions pièges, Comment se mettre en valeur comment réussir la prise de contact et la prise de congé…

5-  Structure d’ensemble :

Généralement un entretien d’embauche a la structure suivante :
- La prise de contact
- Les présentations
- Présentation de l’entreprise et du poste
- Étude du profil du candidat
- Négociation du salaire
- Invitation du candidat à s’exprimer ou à poser des questions
- Prise de congé.

6-  A ne pas faire :

Ce que vous ne devez pas faire en entretien :
- N’arrivez pas plus de 5 minutes en avance.
- N’arrivez pas avec une minute de retard.
- Ne vous asseyez pas au bord extrême de votre chaise.
- Ne serrez pas nerveusement vos mains.
- Ne fumez pas, même si on vous offre une cigarette.
- Ne regardez pas votre montre.
- Ne dites pas que c’est le seul entretien que vous avez pu obtenir.
- N’essayer pas de lire un document sur le bureau du recruteur.
- Ne dites pas de mal de votre employeur actuel ou passé.
- Ne vous lancez pas sur une discussion d’ordre politique.
- Ne vous présentez pas comme quelqu’un qui doute trop de lui et ne veut jamais se mettre en avant.
- Ne dites pas que vous n’avez pas besoin de travailler pour vivre.
- Ne dites que vous êtes prêt de travailler pour très peu.
- Ne vous laissez pas entraîner à donner des informations confidentielles concernant votre ou vos employeurs passés.
- Ne vous étendez pas trop longtemps sur des points personnels.
- Ne répondez pas uniquement par monosyllabes.
- Ne bluffez pas.
- Ne menez pas un interrogatoire en règle.
L’entretien d’embauche : Les types de questions

Tout au long de l’entretien il y’a un échange d’information de part et d’autre, mais il y’a aussi un transfert des effets de relation. C’est pourquoi le candidat doit toujours se poser les questions suivantes :
- Qu’est ce que l’enquêteur cherche comme information ?
- Qu’est ce qu’il attend comme réaction, comme réflexe et comme comportement ?L’un des moyens essentiels pour passer un entretien avec succès est d’identifier la typologie de la question et d’y fournir une réponse adéquate et à la mesure.

1-  Les questions convergentes : (Fermées)

Demandent des informations plus ou moins objectives. Le candidat doit se conformer à des pistes et ne dispose pas de marge de liberté. Il doit sélectionner la bonne réponse soit en choisissant parmi des réponses offertes, soit en cochant, reliant, en plaçant en ordre des événements, Exemple : Votre nom ?, Vous aimez travailler pour nous ?, Quel salaire demandez-vous ? Aimez-vous le travail en équipe ?

2-  Les questions divergentes : (ouvertes)

A connotation subjectives, elles se concentrent sur ce que le candidat a de particulier et de spécial .Disposant d’une grande marge de liberté, il peut être créatif tant au niveau de contenu qu’au niveau de la structure de la réponse. Pour y répondre, on doit s'appuyer sur ses connaissances, ses valeurs, ses perceptions. Il est alors question d'émettre son opinion, d'énoncer un point de vue, de justifier sa pensée, de comparer des concepts, de prendre position, bref, de développer des habiletés de. Pensée plus complexes. Le postulant s'implique de façon plus significative et ses apprentissages sont plus authentiques. Exemple : Parlez-moi de vous ? Qu’est ce qui vous distingue comme personne ? Pourquoi vous voulez travailler chez nous ?

3-  Les questions à choix multiples :

Ce genre de questions donne des options au candidat qui doit choisir l’une d’entre elle. Elles présentent des avantages comme la stimulation de la réflexion ou le fait de biaiser une réponse mais si les alternatives ne sont pas porteuse de différence alors le candidat peut se trouver dans un dilemme.

A-  Les QCM à une seule variable valide :

Le recruteur cherche donc la correction et l’exactitude de l’information.Exemple: Quel est l’effectif de notre entreprise ? 50 personnes ? 100 personnes ? Ou 150 personnes ?

B-  Les QCM à plusieurs variables valides:

Là on recherche la façon de procéder et la perception du candidat. Exemple: Dans quel poste vous sentez vous le plus à l’aise ? De production ? De gestion ? De communication ? Ou de distribution

C-  Les QCM simples:

il s’agit tout simplement de choisir une option et ça s’arrête là. Exemple: pour quelle raison avez-vous quitté votre poste ? Question de salaire ? Insatisfaction ? Limite d’horizon ?

D-  Les QCM composés:

En plus de choisir il faut se justifier. Exemple: Quel est le plus important pour vous: que le travail vous plaise ? Le salaire ? L’ambiance au travail ? Les perspectives d’avenir ? Et pourquoi ?

4-  Les questions aléatoires :

Arbitraires car elles sont posées au chaud de l’interaction .ce sont les propos du candidat qui les provoquent. Elles peuvent servir à compléter le tableau en vérifiant des informations ou à avoir des précisions sur un aspect particulier du profil qui reste encore flou. Exemple : comment avez-vous fait pour dépasser ce problème

5-  Les questions discriminatoires :

Autres questions susceptible d'amener un employeur à vous discriminer sur la base de la race, la couleur de la peau, le sexe, l’état de grossesse, l’état civil, l’âge, la religion, les convictions politiques, la langue (accent), l’origine ethnique, la condition sociale ou l’handicap (malformation physique, utilisation d'un fauteuil roulant, d'un chien guide, d'une prothèse, etc.). Pour ces question il faut savoir qu’on peut les utiliser pour donner des arguments supplémentaires, se refuser de répondre ou poser des questions pour mettrez dans l’embarras le poseur de la question. Exemples : Voulez-vous avoir des enfants ? Vivez-vous maritalement ? De quelle formation politique vous sentez-vous proche ? Est-ce que la pratique de votre religion a des conséquences sur votre travail ? Adhérez-vous à un syndicat ?

6-  Les questions pièges :

Ce sont des questions posées en entretien d’embauche pour déstabiliser le candidat et voir par la suite ses réactions. Ce sont des questions qui ne demandent pas des informations mais plutôt des comportements. Elles visent à voir comment fonctionne la personnalité du candidat dans des situations difficiles et quelles sont ; ses reflexes. Exemple : quels sont vos point faibles ? Si je vous dis que vous n’êtes pas la personne qu’on recherche, que me répondrez-vous ? Vous êtes satisfais de votre parcours ? En synthèse le candidat doit :
- Identifier le type de question
- Déterminer l’objectif qui se cache derrière la question posée
- Répondre à la mesure de la question et des attentes du recruteur
- Ne pas commander des questions aléatoires.